LE TOUR DU MONDE DES MAISONS TRADITIONNELLES 

 

Dans ce premier tour du monde des maisons traditionnelles, nous avons souhaité vous faire découvrir des architectures qui font partie intégrante des lieux qui les abritent. En effet, l’histoire nous permet de comprendre que ces constructions sont intimement liées à la disponibilité des matériaux. Et c’est notamment parce que ces habitats sont indissociables de leurs terres, qu’ils possèdent ce caractère étonnant qui les rend unique.

GRÈCE

Le premier habitat traditionnel que nous avons choisi de vous présenter est peut-être le plus facile à identifier. Vous aurez biensûr reconnu l’architecture cycladique des archipels de Sporades et des Cyclades en Grèce. Historiquement, nous pouvons prendre comme point de départ de cet habitat une volonté des populations locales de se regrouper en communautés resserrées afin de se protéger mutuellement des incursions des pirates et pillards en mer Méditerranée à la fin de l’empire Romain. L’architecture des Cyclades est caractérisée par un habitat dense aux formes cubiques dues aux toits-terrasses des maisons qui, autrefois, étaient des citernes d’eau. Les murs extérieurs sont constitués principalement de tufs volcaniques crépis à la chaud blanche tous les ans pour garder cette couleur immaculée car les pluies d’hivers délavent les enduits. Récemment, les tomettes de pierres sont venues remplacer le pisé (sorte de brique de boue) à l’intérieur du bâtit. La taille de l’habitat est restreint, environ 3m x 4m sur deux niveaux.

SUÈDE

La Royaume de Suède est un pays scandinave aux nombreux atouts. En effet, ce n’est pas un hasard si le taux de natalité et l’espérance de vie sont parmi les plus élevés au monde. Les Suédois cultivent l’art de bien vivre et de se sentir bien chez eux. Néanmoins, située au Nord de l’Europe, la Suède est également une région froide qui fait face à des températures extrêmes et des périodes d’ensoleillement très courtes en hiver. Dès lors, la nécessité d’un foyer agréable et chaud qui abrite la famille est au cœur des préoccupations de la population suédoise depuis des siècles. C’est pourquoi l’habitation traditionnelle suédoise est en bois. Il s’agit tout d’abord d’une ressource que l’on trouve abondamment sur le territoire ; par ailleurs, le bois est un isolant thermique particulièrement efficace. Enfin, qu’en est-il de cette couleur rouge si caractéristique des maisons suédoises ? Encore une fois, les suédois sont pragmatiques puisque le rôle de cette peinture rouge qui est obtenue à partir de mélange d’huile de lin et de poudre d’ocre rouge concassée est tout simplement de protéger le bois de l’usure.

MAROC

L’architecture Marocaine est incontestablement rattachée à l’histoire du pays. Ainsi, le Riad, qui signifie « jardin » en arabe, constitue un habitat traditionnel qui a évolué au même titre que la société qu’il représente. Toutefois, la date de construction des premiers Riad divise. Beaucoup affirment qu’ils ont été introduits sur les terres Marocaines par la dynastie berbère des Almoravides au XIe siècle alors que d’autres créditent la dynastie Saadienne du XVIe. Cependant, dans sa conception moderne, les Riad sont inspirés de la vision musulmane du paradis. En effet, ces maisons traditionnelles ont été conçues de sorte à offrir aux habitants un cadre inspiré de l’éden cité dans le coran avec un jardin arboré, des arbres et des arbustes fruitiers ainsi que des fontaines. Généralement bâtits sur un à quatre étages, les Riads sont entièrement refermés sur l’intérieur par de hauts murs neutres avec un minimum d’ouvertures sur l’extérieur afin de protéger les familles qui y vivent. Ce dernier rassemble généralement en son centre, entouré d’arbres fruitiers, une fontaine ou un point d’eau (aujourd’hui des piscines). Situés le plus souvent dans des Médinas (centre des villes), les Riads s’organisent autour du Patio dans une structure architecturale en forme de puit étagé en balcons.

JAPON

Au japon, les Minka « Maison du peuple », sont des maisons traditionnelles que l’on trouve à la campagne. Elles représentent une forme d’habitat vernaculaire construite à partir de matériaux simples et disponibles sur les terres japonaises que sont le bambou, la paille et la terre. Autrefois habitées par les fermiers, les artisans et les commerçants, elles sont malheureusement aujourd’hui en train de disparaître car remplacées par des constructions plus modernes. Ces maisons en toit de chaume sont idéalement adaptées à leur environnement et aux conditions climatiques en fonction de leur région d’implantation. Belles et fonctionnelles, elles reflètent à la fois ce que peut offrir la nature de plus merveilleux et l’essence de l’architecture japonaise dont les styles, très reconnaissables, font la fierté de son peuple.