Les bories

 

Les Bories sont des constructions de petites tailles, originales de par leurs formes, leurs techniques d’édification et l’emploi de la pierre comme unique matériaux. Si la date d’apparition des premiers Bories divise certains historiens et archéologues, il est fort probable que les cabanes en pierres sèches sont apparues dès le mésolithique après que l’homme ait vécu dans des grottes, cavernes et autres roches en surplomb. Toutefois, malgré leur ancienneté, ces modes de construction se sont perpétués jusqu’à nos jours dans de nombreuses régions Françaises et notamment en Provence. En effet, notre territoire est particulièrement adapté aux Bories car à l’époque assez pauvre, mais surtout riche en pierre. Un peu à l’image des cabanons de Provence qui ont fait l’objet d’un précédent article, la première utilité des Bories est de faire office d’abri rudimentaire pour les paysans et Bergers car c’est une construction économique du fait de l’utilisation d’une seule ressource que l’on trouve abondamment dans notre région. Ainsi, on recense actuellement de nombreux Bories à travers la Provence alors qu’il en est découvert de nouveaux chaque année. On en dénombre aujourd’hui un peu plus de 4000, regroupés sur les secteurs de Forcalquier qui compte environ 1500 Bories, la région d’Apt qui est la plus riche en nombre d’édifices ou encore en pays d’Aix sur les secteurs d’Éguilles, Trets ou Rognes.

 

Les techniques de construction des Bories :

 

La pierre, qui est l’unique matériau utilisé lors de l’édification d’un Borie, est trouvée soit à partir de l’épierrage du sol qui est une technique agricole consistant à libérer un champ de tout son amoncellement de pierres afin d’obtenir des terres cultivables. Soit, en récupérant les morceaux de pierres éclatées provenant de carrières sauvages. Pour la construction des Bories, les pierres utilisées sont en général épaisses de 20 à 30 cm et d’une longueur variable. Ces dernières étaient classées en fonction de leur épaisseur en différents tas, de façon à être choisies pour assurer parfaitement l’encorbellement nécessaire à l’assise considérée.

Au sommet du Borie, les dernières dalles de couvertures étaient formées par des lauzes qui sont des plaques de pierre de 10 à 15cm d’épaisseur et pouvant atteindre jusqu’à 1m de long. La borie est édifiée selon le principe de la voûte en encorbellement. C’est une technique de construction très ancienne dont les archéologues ont trouvé des traces datant de 2000 avant J-C. Cette méthode consiste à couvrir de faibles portées par l’encorbellement d’une assise de pierre les unes par rapport aux autres. On appelle ce procédé « fausse voûte » car les pierres ne sont pas dressées les unes contre les autres de façon rayonnante mais simplement par assise avec dépassement de la rangée supérieure sur la rangée inférieure. La voûte se montant sans l’usage de cintres ou coffrages. La Borie nécessite un mode de construction très précis puisqu’il faut que l’encorbellement ne soit pas trop important afin que le centre de gravité de chaque masse de pierre tombe à l’intérieur du polygone de sustentation. Toutefois, l’accentuation du dépassement de chaque lit de pierre par rapport au précédent n’est pas recommandée car la voute est alors moins stable et plus ramassée. La borie parfaite est réalisée lorsque le mur extérieur est vertical sur une hauteur de 2m environ par rapport au niveau du sol et qu’à l’intérieur la courbe part du sol. Plus on monte et plus la masse de pierres s’allège.

Les différents types de Bories et leurs caractéristiques :

 

En Provence, la Borie prend différents aspects et formes en fonction de son utilité et des ressources disponibles sur le lieu de construction. En effet, certaines Bories sont destinées à servir de bergerie ou bien d’écurie tandis que beaucoup d’autres font office de greniers pour le stockage des sacs de blé ou des semences notamment. Enfin, certaines d’entre elles servaient de poste de vinification c’est à dire que la borie couvrait la cuve creusée dans la roche, alors que d’autres servaient d’habitation, notamment dans les groupements (concentration de Bories). On distingue donc trois types d’abris de ce type que sont la Borie isolée, la Borie tas de pierre et le groupement. Les Bories isolées tout d’abord, ont différents aspects dont les plus nombreuses sont celles à plan circulaire qui en général ont des diamètres intérieurs compris entre 1,25 et 4m. Les Bories à plan rectangulaire ou carré disposent quant à elles de surfaces très réduites ou bien pouvant aller jusqu’à 30m2. D’un point de vue extérieur, ce type de Borie donne une impression de grandeur notable alors qu’à l’intérieur, les volumes paraissent très petits. Enfin, certaines Bories dites « isolées » ont des plans libres. En ce qui concerne la Borie « tas de pierre », elle est assez originale en son genre puisque son aspect extérieur donne l’impression qu’il s’agit d’un tas de pierre alors qu’à l’intérieur on y trouve plusieurs pièces. Ces formes de Bories, malgré leur nom peu élogieux, reflètent une harmonie certaine que l’on aime contempler.

Enfin, l’ensemble de Bories est constitué d’un groupement d’édifices de formes semblables reliés entre eux par des ruelles et délimités par des murs de clôture en pierre. Ce qui est marquant sur ce type de construction c’est la quantité d’assises de pierres. Parmi les quelques regroupements de Bories en Provence, on retrouve le célèbre village des Bories de Gordes.